Les savants

Résumé :
Aujourd’hui, en Inde, on ne dit plus « intouchable » mais dalit. Un mot, toutefois, suffit-il à changer la donne ? Ce n’est pas l’avis d’Ayyan. D’un côté, du sien, une pièce minuscule partagée avec sa jeune épouse et son fils dans une exécrable cité de la banlieue de Bombay, tandis qu’il exerce un emploi de secrétaire dans un institut de recherche de haut vol. De l’autre extrémité du spectre social, à l’Institut, les savants, les « brahmanes » et, avec eux, tous les nantis et leurs femmes inaccessibles, le regardent de haut. Alors, à l’époque où le petit peuple indien, conscient de sa supériorité numérique, acquiert un pouvoir politique de plus en plus important, Ayyan a une idée… Son fils, Adi, est brillant. Pourquoi ne pas donner discrètement un coup de pouce au destin, ne pas compenser les injustices de la naissance et du système des castes ? Fort de ce qu’il apprend à l’Institut en écoutant aux portes, Ayyan entretient le mythe d’un petit génie dalit… Qui, dans ces chassés-croisés, ces jeux de pouvoir, ces mensonges plus ou moins assumés, remportera la partie ?

 

J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre qui met du temps à démarrer. Plusieurs fois au cours de la première partie je me suis demandée où l'auteur voulait m'enmener. L'intrigue principale du livre n'apparait pas vraiment et l'on navigue dans un pays inconnu (enfin plus ou moins selon ) où se mèle tradition et modernité. Je me suis demandée si l'auteur nous décrivait une situation telle quelle uniquement pour mettre son intrigue en contexte, les différences de castes, l'emploi des langues , les femmes immolées sur les bûchers, ... ou si il s'agissait d'une critique de fond de cette même société. Mais une fois la deuxième partie entamée et le "jeu"  entre Ayyan et son fils Adi expliqué, j'ai compris vers où l'on voulait m'enmener.  J'ai compris que derrière l'envie de repousser les limites que la société impose à son fils, c'est tout le petit peuple indien à qui on donne l'opportunité de s'exprimer et de faire valoir ses droits en dépassant le coté figé des traditions indiennes.

Par contre les moyens mis en oeuvre peuvent être discutables et le jeu va peut-être trop loin en flirtant avec le chantage et l'espionnage qu'Ayyan fait à l'institut. Ma morale a été atteinte et je ne sais pas trop si j'adhère aux méthodes ou non. Toujours est-il que cela fonctionne ... La morale serait-elle donc qu'il faut tricher pour arriver à ses fins ?

Ce même tiraillement m'apparait lorsqu'il s'agit de la critique des différentes religions et de leur "pouvoir" traduisible en argent ou en savoir.  Est-ce une vraie critique du pouvoir de ces religions ou simplement une image de la réalité ?

 

Si je devais donner une côte à ce livre, j'aurais du mal à me décider. Oui j'ai aimé ce livre mais en même temps les informations détaillées si dessus me dérangent un peu. Mais je conseillerais la lecture de celui-ci à qui ne connait pas l'inde ... Il s'agit malgré tout d'un roman exotique sympatique à lire.

 

Car ce que tout homme voulait vraiment, c'était être plus important que son voisin